La Rose dans la vallée

26 janvier 2015

Victoire de SYRIZA : un espoir pour la Grèce, une opportunité pour réorienter la construction Européenne

10940594_10206111962866413_5770555998278677983_n.jpg

La victoire de Syriza aux élections législatives grecques ce dimanche 25 janvier 2015 est incontestable. C'est une bonne nouvelle pour les Grecs, c'est une bonne nouvelle pour l'Europe, c'est un espoir pour tous ceux qui défendent une alternative aux politiques d'austérité.

Syriza devrait pouvoir disposer d'une majorité de gauche. Le gouvernement Tsípras n'aura pas la tâche facile, les gouvernements précédents et la Troïka laissent un pays exsangue et un peuple très durement affecté par des cures d'austérité ineptes. Syriza  a soulevé de grands espoirs dans un pays humilié et il faudra du temps et de l'énergie pour remonter la pente. Mais le nouveau gouvernement grec mérite notre aide pour réussir et pour que cette première défaite historique des tenants de l'austérité ordo-libérale résonne au-delà.

La Commission et les gouvernements européens doivent tenir compte du message politique adressé par le peuple grec. Il ne serait pas responsable de traiter le programme du nouveau gouvernement avec mépris et condescendance. Les principes de solidarité qui ont tant manqué au début de la crise doivent désormais prendre le dessus pour réduire le fardeau insupportable pour la Grèce ; au-delà, l'Union européenne ne peut pas ignorer plus longtemps la volonté populaire, sauf à accroître encore un peu plus la défiance entre les citoyens et la construction européenne.

La gauche française doit également tirer quelques enseignements de ce scrutin.

Si le PASOK s'est définitivement effondré, c'est qu'il a conduit et cautionné des politiques contraires à ses principes. Les politiques d'austérité accouchent de résultats contraires à ceux annoncés par leurs promoteurs et fracturent les sociétés auxquelles elles sont appliquées. Ainsi malgré la victoire de la gauche, l'extrême droite continue de progresser en Grèce.

En France, la gauche – face à un Front National en dynamique – doit se rassembler et elle pourra le faire à condition de s'accorder sur un programme qui pèse pour la réorientation de la construction européenne et tourne le dos aux vieilles recettes libéralesqui revienneen somme aux engagements qui lui ont donné la victoire en 2012.

Publié par www.maintenantlagauche95.org

Posté par PS95600 à 12:28 - Permalien [#]

16 janvier 2015

ENTRETIEN AVEC BERNARD MARIS / CLAV

 

http://www.clav.be/prod_entretienmaris.html

Entretien: Jean Cornil
Réalisation et montage: Quentin Van de Velde
Image et étalonnage: Mehran Mir Hosseini
Son et mixage: Jacques Nisin
Musique: Jean Cornil
Secrétariat de production: Marie Obolensky

Coproduction: CLAV/CAL

Charlie-Hebdo. Bernard Maris

Bernard Maris est décédé le 7 janvier 2015 dans le tragique attentat contre Charlie-Hebdo.

Jean Cornil l’avait rencontré chez lui à Paris il y quelques mois. Il était un homme généreux, attachant, subtil et passionnant.
Bernard Maris avait signé l’édito du numéro spécial de Charlie-Hebdo sur la laïcité.
Nous vous proposons cette rencontre en hommage à un homme profondément humaniste et à toutes les victimes de cet épouvantable assassinat.

Posté par PS95600 à 18:47 - Permalien [#]

13 janvier 2015

Discours de Manuel Valls en hommages aux 17 victimes de l'attentat

 

Posté par PS95600 à 19:02 - Permalien [#]

11 janvier 2015

JE SUIS CHARLIE / SOUTIEN

 
vv
  jaidecharlie.fr

Posté par PS95600 à 23:27 - Permalien [#]

10 janvier 2015

Nous sommes tous des neveux d'oncle Bernard

http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/

13589549

Baltel/Sipa

En ce sinistre 7 janvier 2015, l’humour et l’intelligence ont perdu plusieurs de leurs figures les plus emblématiques. S’il n’est bien évidemment pas question de hiérarchiser ces douze disparitions, nous souhaitons rappeler à tous le message délivré par notre collègue et ami économiste Bernard Maris, message que les compères caricaturistes d’Oncle Bernard relayaient avec tant de justesse et de drôlerie dans les colonnes de Charlie Hebdo.

Atterré, Bernard Maris le fut bien avant de rejoindre la liste des signataires du premier manifeste des Économistes atterrés. En effet, à l’aube du capitalisme néolibéral qui vit la « science » économique basculer définitivement dans l’apologie de la finance spéculative, il fut l’un des premiers à partir en bataille contre cette pseudo-science. Il fit cela avec toute sa connaissance de l’intérieur de la discipline et avec un humour ravageur qu’il distillait chaque semaine dans Charlie Hebdo.

Car la bataille qu’il mena était double. D’abord contre ses pairs, dont beaucoup ne lui arrivaient pas à la cheville. Son livre Des économistes au-dessus de tout soupçon ou la grande mascarade des prédictions (A. Michel, 1990) dénonçait déjà, il y a vingt-cinq ans, les économistes « Diafoirus », les « gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles »[1] et leurs prétendues « lois » économiques enseignées dans toutes les universités.

Son Antimanuel d’économie (Bréal, 2003, tome 1 : les fourmis ; 2006, tome 2 : les cigales) devrait à cet égard être une lecture obligatoire pour tous ceux qui, étudiants, citoyens et… économistes, veulent comprendre ce qu’est réellement l’économie. Et pour lui, l’économie c’est principalement l’étude du partage de la richesse : de quoi est fait le gâteau ? Comment est-il partagé ? Qui tient le couteau ? Il s’opposait ainsi aux « économistes [qui] ont « naturalisé » l’économie, l’ont soumise à de pseudo-lois naturelles ou immanentes, pour éviter les sujets clés : qui fabrique l’argent permettant aux gens de vivre ? Qui crée l’opacité sur les marchés ? Pourquoi occulter le rôle néfaste et l’inefficacité des marchés ? Pourquoi occulter le rôle majeur joué par l’altruisme et la gratuité dans le processus économique ? Qui a intérêt à ce que le problème économique (le problème de la rareté) ne soit jamais résolu (…) ? »[2]

Il mena aussi une bataille pour la démocratie en rendant accessible, par la voie de la dérision et du pastiche, la dénonciation précise du discours envahissant la sphère cathodique. Il participa à sa manière à la critique de l’austérité pour les pauvres et des largesses pour les riches, du capitalisme envahissant tout, du productivisme qui détruit humains et planète, et son argumentation en faveur de la réduction du temps de travail ne se démentit jamais.

Pédagogue hors pair et penseur iconoclaste, il n’a jamais cessé de défendre les positions de l’économiste anglais John Maynard Keynes qui, selon lui, « avait tout compris »[3]. Sa vision « freudienne » de Keynes, combinée à ses sympathies pour Marx, l’ont conduit sur le chemin de la critique radicale du capitalisme. Pour lui, « la question n’est pas de « refonder le capitalisme », comme il est dit un peu partout aujourd’hui. Elle est de savoir si on peut dépasser un système fondé sur l’accumulation indéfinie et la destruction sans limite de la nature »[4].

Bernard Maris se demandait où étaient les nouveaux Keynes qui pourraient nous aider à ouvrir les yeux. Nul doute que lui-même y a beaucoup contribué. Et à l’heure où les siens se sont tristement clos un jour de barbarie, il revient à tous les neveux d’Oncle Bernard de continuer d’user de sa liberté d’expression afin de faire entendre cette autre musique qui lui était si chère.



[1] Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles, 2003, Seuil, Points économie.

[2] Antimanuel d’économie, Bréal, 2003, tome 1 : les fourmis, p.19.

[3] Keynes ou l’économiste citoyen, 2007, Presses de SciencesPo, 2ème édition ; (avec Gilles Dostaler) Capitalisme et pulsion de mort, 2009, Albin Michel.

[4] Capitalisme et pulsion de mort, p.140.

Posté par PS95600 à 12:37 - Permalien [#]

09 janvier 2015

Adresse à la Nation à la suite des évènements des 7 et 8 janvier 2015

Posté par PS95600 à 23:48 - Permalien [#]

JE SUIS CHARLIE

Ce Mercredi, à la mi-journée, en plein cœur de Paris, les locaux de Charlie Hebdo ont été victimes d'une attaque terroriste perpétrée à l'arme de guerre.

À l'heure qu'il est, le procureur de la République fait état de douze morts, des membres de la rédaction de l'hebdomadaire satirique et deux policiers morts dans l'exercice de leurs fonctions, et quatre blessés très graves. Le bilan peut encore s'alourdir.

En s'attaquant à Charlie, c'est la liberté d'expression, la liberté de la presse, la liberté de conscience, la République, qu'ont voulu assassiné les terroristes ! En visant Charlie, ce sont aussi des figures de la gauche intellectuelle, sociale, critique, atypique, un brin «libertaire» et «paillarde», que les assassins ont ciblé ; c'est une part de nous-mêmes qu'ils ont voulu tuer, car ils ont accompagné nombre d'entre nous dans notre adolescence et à l'âge adulte.

«Nous avons tué Charlie Hebdo» ont-ils hurlé… nous devons leur donner tort ; et nous devons, dans les jours, les semaines, les mois qui viennent, apporter notre soutien total pour que ce journal continue de vivre et de porter avec indépendance et irrévérence sa légendaire liberté de parole. Charlie Hebdo a été touché au cœur et va affronter, au-delà de la peine immense de ce jour, de longs moments difficiles.

Nous devons continuer à vivre, le peuple, la société française ne doit pas céder à la paranoïa et au repli, mais démontrer la force au quotidien de la République française et de ses valeurs démocratiques et sociales.

Je voudrais ici citer les mots très justes de notre camarade parlementaire valdoisien, Gérard Sebaoun : «La République ne doit jamais rien céder à la terreur d'où qu'elle vienne. Unis sur nos valeurs, nous allons faire face ensemble sans nous laisser déborder par la panique et les réactions irrationnelles, malgré la tristesse et la colère.
Le danger d'attentats est permanent, la France est exposée mais nous avons le devoir de continuer à vivre debout en hommes libres, en démocrates et en citoyens.
J'ajoute que notre vigilance ne doit pas céder un pouce de terrain à ceux qui tenteraient d'instrumentaliser ces assassinats pour nourrir l'islamophobie.
»

L'attentat d'aujourd'hui ne doit évidemment pas effacer ou éteindre les débats qui nous animent, les questions qui sont posées au pays pour sortir de la crise qu'il traverse depuis trop longtemps.

Mais ce soir, nous sommes aux côtés de Cabu, de Charb, de Tignous, de Georges Wolinski et de Bernard Maris, dans le recueillement et la détermination ; nous pensons à leurs familles, leurs amis et leurs collègues, qui traversent une épreuve inimaginable. Ce soir, nous avons de la peine et nous sommes emplis d'émotion. Nous sommes avec tous les véritables républicains rassemblés sur les places de France pour refuser l'innommable, pour rejeter les amalgames et réaffirmer l'unité des citoyens français.

Face à la barbarie, nous devons faire front et démontrer aux ennemis de la Liberté que la France – qui a donné au monde tant de ses idéaux démocratiques – dans la réponse qu'elle leur opposera n'abandonnera pas son âme et ses valeurs républicaines. La France doit être et sera à la hauteur hauteur du message universaliste qu'elle porte.

C'est dans cet état d'esprit que nous participerons samedi après-midi à la marche silencieuse à laquelle appellent les partis de gauche français.

Vive la Liberté ! Vive la République !

pour Maintenant la Gauche Val-d'Oise,
Frédéric FARAVEL

Posté par PS95600 à 19:17 - Permalien [#]

07 janvier 2015

JE SUIS CHARLIE / RDV Dimanche

Chers camarades, chers amis,

Nous sommes tous bouleversés par les événements qui se sont produits ce matin. Et en de telles circonstances, des condoléances envers les victimes et leurs proches sont naturellement d'usage.

Aussi, pour leur témoigner de notre soutien, ainsi qu'aux journalistes en général à tous ceux qui défendent la liberté d'expression au quotidien, les partis de gauche (PS, FDG, EELV, MRC, PRG) organisent une marche républicaine à
Paris, place de la République,
Dimanche 11 janvier, à 15h.

Je vous propose que nous nous réunissions

devant l'entrée principale de la
gare d'Ermont Eaubonne à 14h

, afin de réaliser un départ groupé vers le point de départ de la marche.

Je vous attends nombreux, et vous souhaitent mes meilleurs vœux pour l'année 2015, en dépit du climat de peur que veulent engendrer des fanatiques armés.

Amitiés socialistes,

Axel Calvet, Luc Fricot

Posté par PS95600 à 23:22 - Permalien [#]

JE SUIS CHARLIE / Hommage de Plantu

Permalien de l'image intégrée

Posté par PS95600 à 23:13 - Permalien [#]

JE SUIS CHARLIE

Je suis Charlie

Posté par PS95600 à 18:36 - Permalien [#]

01 janvier 2015

Vœux du président François Hollande aux Français pour l'année 2015

Posté par PS95600 à 11:04 - Permalien [#]

21 décembre 2014

Interview de Gérard Sebaoun sur France Inter à propos des 35h

(ré)écouter cette émission

 

GS_CommissionLe lundi 15 décembre j’étais l’invité du 5/7 de France Inter à propos de la réduction de la durée hebdomadaire du travail de 39 à 35 heures, adoptée il y a 15 ans à l’Assemblée nationale. En 2014, une mission parlementaire, à laquelle j’ai participé, a rédigé un rapport sur l’impact de cette réduction du temps de travail, notamment concernant la création d’emplois. Sur France Inter, je suis revenu sur ce rapport.

Posté par PS95600 à 19:58 - - Permalien [#]
Tags : ,