Voir ici

EDITO
« Pensé par les banques d'affaires, le projet Hercule suppose une double privatisation. Il vise à diviser EDF en trois sociétés indépendantes et à séparer la complémentarité des moyens de production de l'entreprise. Le cordon ombilical entre la production, la vente et la distribution de l'électricité sera rompu et l'activité commerciale d'EDF se retrouvera dans la jungle du dumping social. Or, cette unité technique est dans l'ADN d'EDFdepuis 1946.

Baisse des investissements dans les réseaux et leur maintenance, augmentation des coupures, affaiblissement de la sécurité en particulier dans le secteur de la production... les risques majeurs de ce projet sont connus, le tout avec une remise en cause de l'indépendance et de la souveraineté énergétiques de la France.

Après 18 mois le personnel continue de penser que les organisations syndicales ont raison de s'opposer au projet Hercule.
Une situation historique puisqu'elle réussit à mobiliser l'ensemble
des salariés d'EDF. »

Philippe Page le Mérour,
secrétaire du CSEC d'EDF SA

DES ÉLÉMENTS CLÉS
Depuis la fin des années 1990,
EDF fait l'objet d'une libéralisation forcée sous le plaidoyer de la
Commission européenne et des gouvernements successifs.
§ Le projet «Hercule» énoncé par le gouvernement français est la
dernière scène du démantèlement à long terme des services
publics de l'énergie pour soutenir le secteur privé. Le projet est
sur le point de couper EDF en 3 filières de production
concurrentielles, cela au détriment des 75 années de bons
services de l'entreprise apportés au territoire français.
§ Ce démantèlement assumerait l'ultime rupture de la synergie
entre production, distribution et vente d'électricité. Une
première depuis 1946 et la nationalisation d'EDF-GDF.
§ Notre campagne de communication vise à mobiliser l'opinion
sur l'avenir de l'énergie publique qui est notre bien commun,
vital pour l'économie et la transition énergétique.

Composé des représentants du personnel, le CSEC dispose d'un droit d’information et de consultation sur la gestion économique et financière de l'entreprise. Il défend les intérêts des salariés. Le CSEC peut recourir à des expertises, et dispose d'un droit d'alerte en cas de situation préoccupante de l'entreprise.