Ces échéances doivent être le moment à la fois de notre renaissance et de l’émergence d’une nouvelle gauche socialiste et écologiste dans notre pays. Elles doivent être le coup d’envoi de la préparation de l’alternance.

Oui, ces municipales doivent adresser un signal. Puisque le gouvernement ne veut entendre ni les syndicats, ni les grévistes, ni les manifestants, ni le Conseil d’État, ni le conseil supérieur militaire, ni les avocats, ni les infirmières, ni les dessinateurs, ni les enseignants, ni les salariés du public, ni ceux du privé... et qu’il méprise le Parlement, il ne pourra ignorer celui des urnes !

Pour cela, en mars, un bulletin, notre bulletin, dira à la fois la sanction du pouvoir et le rassemblement social, écologique et démocratique.